Extrait d’une chronologie de vies prédominantes

Dans les années 1250 en France. Vous étiez un homme, encore cette fois-ci, qui vivait dans le Sud-Ouest du pays, en Aquitaine. Vous étiez un seigneur qui était fidèle au roi d’Angleterre, dont il avait épousé la nièce. Vous étiez très puissant et vous aviez de nombreux vassaux. Vous guerroyiez la plupart du temps contre les Français. Les populations d’Aquitaine étaient partagées entre les deux camps et vous n’étiez pas pour très populaire, car vous étiez sans pitié. Or il arriva que vous soyez blessé dans une bataille et laissé pour mort.

Ce fut une paysanne d’un village voisin qui eut pitié de vous et vous recueillit chez elle pour vous soigner. C’était une guérisseuse, et un peu une sorcière aussi. Elle vous enseigna un peu de son « art », car elle avait senti en vous un restant de bonté. Elle vous mena pour votre convalescence chez les cathares qui habitaient la région et qui vous initièrent alors croyances. Vous vous êtes repenti de tout le mal que vous aviez fait pendant les guerres fratricides Anglo-Françaises et vous êtes devenu un homme bienveillant qui commença à évangéliser les alentours.

Votre changement de personnalité frappa vos « relations d’avant » car vous refusiez maintenant de porter les armes contre vos prochains. Ce qui contrariait votre entourage, car vous perdiez de l’influence sur le peuple. On se mit à vous soupçonner d’avoir été ensorcelé et les gens de votre famille refirent porter le poids à cette femme qui vous avait sauvé de la mort. Ils la firent arrêter et torturer, vous avez tout fait pour la sauver mais il était déjà trop tard, vous n’aviez déjà plus aucune autorité et votre fils prit la tête de l’armée à votre place, vous faisant garder dans votre – son ! – Château. Vous avez pu néanmoins vous enfuir et retourner auprès des cathares pour parfaire votre initiation et vous les avez suivis dans la mort quand le château où ils s’étaient réfugiés fut assiégé et pris.