La réincarnation et les religions

 

Depuis le début de toutes les religions, la réincarnation a été considérée comme une alternative à la mort.

Les premiers à en avoir parlé, sont les égyptiens, quoique cela ne soit pas reconnu par l’Egyptologie officielle, mais dans plusieurs passages du Livre des Morts, il en est fait mention.

Plus connus sont le Bouddhisme et l’Hindouisme, qui ont perpétué l’idée de réincarnation jusqu’à nos jours.

Au Tibet, quand on parle de réincarnation, on ne peut s’empêcher penser au dalaï lama dont tout le monde a retenu qu’il est l’incarnation actuelle du premier dalaï lama.

En Grèce au 7ème et 6ème siècle avant Jésus Christ, l’orphisme, doctrine théologique admettaient l’immortalité de l’âme. L’âme impure était soumise à des réincarnations successives

Dans les évangiles, le Christ a fait plusieurs fois référence à des vies antérieures :

 » Jésus dit alors: Je vous le dis, en vérité, parmi les enfants des hommes, il ne s’en est pas levé de plus grand que Jean, le Baptiste. Si vous voulez le comprendre, lui-même est Elie qui devait revenir, que celui-là entende, qui a des oreilles pour entendre  » (Saint Mathieu, XI, 11-15).

 » En vérité, je te le dis : nul, s’il ne naît à nouveau, ne peut voir le royaume de Dieu « (Saint Jean III,3)

Au sujet d’un aveugle de naissance, Jésus, qu’on interrogeait sur les raisons cette cécité, : « Ce n’est pas lui ni ses parents qui ont pêché…. » (Saint Jean, IX-3)

Rappelons-nous que jusqu’en l’an 553 de notre ère, la réincarnation faisait partie de la religion chrétienne, mais a été mis à l’index après le concile de Constantinople, simplement parce-que, dit-on, le concept de la réincarnation gênait l’impératrice Théodora (qui avait beaucoup à se reprocher !) et ne voulait pas accepter qu’elle puisse être d’un rang inférieur dans une vie future. Cette croyance fut donc éliminée, mais non totalement interdite, et elle ne fut jamais déclarée anathème.

Dans le Zohar :  » Toutes les âmes sont soumises aux épreuves de la transmigration « .

La Kabbale affirme que les renaissances permettent aux hommes de se purifier.

Plus près de nous, au 13e siècle, les Cathares disaient : « Nous sommes venus trop tôt ; nous reviendrons dans 700 ans« .