Une vie passée dans les années 1940 aux Etats Unis.

Extraite d’une chronologie de vies pour un homme de 32 ans

Vous étiez un homme originaire du Kentucky et qui travaillait maintenant dans une petite ville vivant principalement de l’élevage. Vous étiez comptable dans une banque après avoir quitté la ferme de vos parents. Vous vouliez vous élever dans la société et pouvoir voyager partout. Vous ne connaissiez pas grand-chose à l’Europe, à part ce que vous voyiez au cinéma dans les actualités et surtout dans les films. Mais cela vous paraissait tellement différent et tellement plus romantique que votre dure vie d’américain de l’Amérique profonde. Vous aviez bien essayé d’aller dans une de ces belles villes de la côte est, mais très vite, vous aviez compris que vous ne pourriez pas y faire carrière, vous n’aviez pas assez d’instruction.

Vous aviez une petite amie que vous aviez l’intention d’épouser, mais avant, vous vouliez avoir un bon métier et tout ce qu’il fallait pour fonder une famille. Vous êtes monté alors vers le Nord pour travailler dans les usines automobiles où vous avez trouvé une place d’assistant comptable. La paie y était meilleure que dans le Kentucky, mais la vie y était plus difficile. Cependant vous avez persisté et vous avez gravi les échelons de la hiérarchie et vous avez obtenu une place de fondé de pouvoir.
Vous avez alors épousé votre fiancée et vous vous êtes installés à Minneapolis. Elle restait à la maison et vous meniez une vie rangée sans histoire. Ce que vous ne saviez pas, c’est que votre femme après quelques temps, commença à s’ennuyer, seule dans cette ville et elle se mit à fréquenter un club de femmes d’intérieur comme elle, où elle pouvait jouer aux cartes, ou faire de la peinture ou de la broderie.

Vous n’y voyez aucun inconvénient, pensant que, si vous aviez un enfant, elle reprendrait sa place dans le foyer. Seulement voilà, elle n’était pas enceinte et elle passait de plus en plus de temps au club. Elle s’était liée avec une autre femme dont le mari était représentant de commerce et voyageait beaucoup. Elles se sont mises à faire des sorties ensemble, d’abord au cinéma et dans les salons de thé et puis dans les dancings. Bien entendu, elles firent des connaissances, et elle se laissa séduire par un jeune homme, en fait connu comme un coureur de jupon invétéré. Mais il était tellement différent de vous, si charmant et si plein d’attentions, qu’elle devint sa maîtresse et bien sûr, vous ne vous en êtes pas aperçu.

Vous la trouviez juste plus indifférente à votre égard, moins présente, mais vous vous disiez qu’elle devait être déprimée de ne pas avoir d’enfants. Vous l’avez envoyée même voir un docteur.

Quand la guerre éclata, vous avez été mobilisé comme tant d’autres et vous avez dû partir pour vous entraîner au combat. Vous n’aviez presque plus de nouvelles d’elle, mais encore une fois, vous vous disiez que le courrier marchait mal et vous avez été embarqué pour l’Europe. Vous étiez dans l’infanterie de marine et il faut dire que vous pensiez maintenant plus à ceux qui vous attendaient de l’autre côté de l’Atlantique qu’à ce que faisait votre femme.
Vous avez participé au débarquement en Normandie et là, vous avez vu l’enfer sur terre. Vous avez été blessé à plusieurs reprises, mais jamais gravement et vous retourniez très vite au combat. Et finalement, vous êtes retrouvé à Paris, accueilli par une foule en liesse. Vous étiez ensorcelé par cette ville dont vous aviez rêvé des années auparavant et c’est seulement là que vous avez pensé à votre femme.

Tout cela vous semblait si loin dans l’espace et le temps. Vous n’aviez plus de nouvelles d’elle depuis des mois et vous avez écrit à des amis pour leur demander d’aller la voir. Elle n’habitait plus à l’adresse indiquée et avait disparu complètement. Étrangement, ça ne vous choquait pas vraiment, vous trouviez que cela était mieux pour vous comme pour elle.

Vous avez été ensuite en Allemagne dans l’armée d’occupation à Berlin. Vous avez rencontré une autre femme avec laquelle vous avez eu un enfant, mais la guerre de Corée éclata, vous avez dû y partir et vous y avez tué.

Consultez nos récentes études dans lesCHRONIQUES
+